mercredi 10 mai 2017

Le tapa de Sahaja Yoga est la méditation

« Mais les bouddhistes se sont égarés, car ils commencé à peindre toutes ces choses et à faire toutes sortes d'art. Fondamentalement, Bouddha n'a jamais pensé à l’art, il n'a jamais voulu avoir de l'art, et il ne voulait pas avoir de rapports avec l'art. Il a dit: "La seule chose à faire, c’est son introspection et une intériorisation profonde, et découvrir ce qu’est la vérité absolue." Donc, tout a commencé à dévier ainsi de cette façon.
Ensuite le système Zen a été la même chose, additionné de Kundalini, que Viditama, l’un de ses grands disciples, a démarré au Japon. Or, dans le Zen, ils se frappaient le dos- Je veux dire que moi aussi Je tape dans le bas de ce que vous appelez la moelle épinière, sur les chakras- et ils essayaient d’élever la Kundalini. Toutes sortes de choses horribles, dans le Zen, ils ont développé des méthodes très dures pour élever la Kundalini. C’est allé jusqu’à un tel point que J’ai rencontré des gens qui avaient brisé leur moelle épinière. Alors la Kundalini ne s’élèvera jamais, en aucun cas…

Et puis ce Zen de Viditama a également pris une forme très différente. J’ai rencontré le chef du Zen Viditama et J’ai été surprise- ils m’avaient fait venir parce qu’il était très malade et ils m’ont dit: "Mère s’il vous plaît, aidez-le à guérir".
Mais J’ai découvert qu’il n’était pas du tout une âme Réalisée et ne savait pas rien au sujet de la Kundalini. Donc Je lui ai dit: Comment êtes-vous la tête du mouvement ? Comment se fait-il que vous en soyez devenu la tête alors que vous ne savez pas ce qui signifie la Kundalini?
Alors il a répondu:
-Qu’est-ce que la Kundalini? Il ne comprenait rien.
-Qu’est- ce que le Zen? Ai-Je dit.
-Le Zen c’est la méditation, "dhyana".
-D’accord, mais qu’en est-il à ce sujet?
-Oui, oui, il y a de la méditation.
Je veux dire, il était si confus. Puis Je lui ai demandé:
-Vous n’êtes pas une âme Réalisée alors comment se fait-il que vous soyez à la tête?
-Nous n’avons jamais eu d’âme Réalisée depuis des siècles. Seulement durant six siècles il y a eu quelques "kashapas" - ils les appellent des "kashapas" - et après, aucune âme Réalisée.

Alors voyez juste dans quelles circonstances vous avez reçu votre Réalisation! Sans rien sacrifier, sans rien abandonner, sans passer par l’une de ces austérités, "tapasya". Parce que le Bouddha est "tapa", les trois Déités de votre chakra de l’Agnya – le Christ, Mahavira et Bouddha – ces trois sont "tapa": "tapa" signifie austérité. Vous devez pratiquer des austérités.
Or les austérités, selon Sahaja Yoga, cela ne signifie pas abandonner son épouse ou son mari, abandonner ses enfants, sa famille. Mais ici, "tapa" signifie méditation. Et pour la méditation, vous devez savoir quand il faut se lever, cela devrait être la chose la plus importante pour un Sahaja Yogi. Le reste fonctionnera automatiquement et vous comprendrez que pour développer votre profondeur, vous devez méditer, c’est extrêmement simple.
Vous n’avez pas à vous raser la tête, vous n’avez pas à vous affamer, vous n’avez pas à marcher pieds nus. Vous pouvez chanter, vous pouvez danser, Je veux dire que vous pouvez vous amuser avec la musique. Là, vous n’avez même pas le droit d’aller au théâtre, ou au cinéma, ou rien de la sorte. Je veux dire qu’il y a tant de choses (interdites), si vous voyiez la liste, cela vous rendrait vraiment fou. Comment les gens pouvaient-ils exister? Mais il y avait un millier de personnes avec Bouddha, qui voyageait avec lui. Et ils étaient devenus si pauvres, ils ne portaient que des haillons.
Finalement, il est arrivé qu’un gros commerçant, passant par là, les a vus et a pensé: ces gens sont si pauvres, ce sont juste des mendiants, Dieu seul sait s’ils sont des lépreux ou autres. Et il s'est senti touché par eux et leur a donné quelque chose à manger. Et pourtant, il ne savait pas qu’il s’agissait de la Tagatha. Tagatha signifie que c’était Bouddha qui passait.
Donc, la chose principale du Bouddha, le mot Bouddha lui-même signifie "bodh", venant de "bodh". Et "bodh" signifie "connaître la réalité sur son système nerveux central" – c’est cela le "bodh". Vous êtes tous devenus des bouddhas maintenant, sans avoir rien abandonné, parce que, ce que Bouddha a abandonné n’était que non sens, c’était un mythe. Si c’était un mythe, à quoi servait-il de l’abandonner? Qu’est-ce que cela peut-il faire si vous écoutez de la musique, si vous dansez ? Cela ne fait rien du tout.

Mais ces idées se sont si profondément ancrées chez ces gens que vous ne ressentez que pitié et compassion: "Regardez-les, où vont-ils se perdre?" Ils ne mangent pas, ils ne mangent qu’une fois de temps en temps et ils sont affamés, ils ont vraiment l’air pire que des patients atteints de tuberculose. Tandis que vous, vous ressemblez à des roses, vous profitez tous magnifiquement de la vie, et tout est là. Mais cependant, on doit savoir qu’il nous faut posséder intérieurement ce principe de Bouddha. Et quel est ce principe de Bouddha? C’est qu’il nous faut faire le "tapa" (la méditation).
Le "tapa" ne veut pas dire, Je ne dis pas qu’il vous faille vous affamer, mais, si vous êtes trop intéressés par la nourriture, il est préférable de faire un peu de jeûne. Je n’ai jamais dit que vous ne devrez pas apprécier la musique, jamais, pas question, vous devriez. Mais alors, vous devriez apprécier une musique qui va dans le sens de votre émancipation, de votre éveil, de votre ascension. Je ne vous dit pas ne le faites pas, parce que vous êtes maintenant un bouddha. On ne disait rien à Bouddha, c’est Bouddha qui disait aux autres que faire, mais on ne devait rien lui dire. De même, Je n’ai pas à vous dire – c’est seulement à vous de comprendre. Mais parfois, nous sommes liés par tellement de conditionnements que Je vois qu’il est très difficile pour les gens de comprendre ce qu’est l’Esprit. L’Esprit est sans limites, c’est une expression libre de l’amour de Dieu. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Bouddha Puja, Shudy Camps, U.K., 31/05/1992

Aujourd'hui c'est le Bouddha Purnima 
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire