vendredi 7 avril 2017

Sita et Rama, la force du mariage


« Rama était quelqu’un de si constant, tout ce qu'il disait, durant tout sa vie, il s’y maintenait. Par exemple, il a dit : "Je crois en une seule épouse, ekapatnivrata".
Or, il avait une très agréable femme, c’est certain, une très belle femme, mais elle était allée chez Ravana et il était resté tout seul. Quand (les sages) ont voulu commencer une sorte de yagya appelé Rajasurya yagya, qui devait être la conquête du monde entier, ils lui ont demandé: "Vous devez vous remarier parce que votre femme doit être avec vous". Il a dit: "Non, je ne peux pas me remarier parce que personne ne pourrait être comme mon épouse et je ne peux pas me marier. Je peux renoncer à ce genre de yagya mais je ne peux pas me remarier."
Alors, ils ont dit: "D'accord, il n'y a qu'une chose que vous pouvez faire, c’est fabriquer une statue de Sita en or et vous devez l'utiliser, cette statue, en tant que représentation de votre femme".
Il a dit: "Je suis d’accord avec cela."
Il a enlevé tous ses bijoux, tout, a fait cette statue puis a fait ce yagya. Donc tout ce qu'il a dit, il l’a vraiment suivi. Il était parfaitement en accord avec son dharma.
Il y a eu un autre incident lorsque Sita a été perdue, Rama n'a jamais dormi, n'a jamais dormi sur un lit, toujours sur la Terre Mère. Il n'a jamais dormi sur un lit, toujours sur la Terre Mère. La douleur qu'il avait au sujet de sa femme a très bien été décrite par tous les poètes de l'Inde. Et quand Sita l'a finalement laissé, d'une manière très mystérieuse, elle a simplement disparu dans la Terre Mère parce que c’est la Terre Mère qui lui a donné naissance, alors elle a disparu dans la Terre Mère, ensuite Shri Rama s’est senti totalement perdu et a sauté dans la rivière Sarayu pour disparaître dans l'élément eau, duquel il était venu.
Or, cet homme devait renoncer à sa femme. Avec ce contraste, vous pouvez voir la courbe de la personnalité monter et descendre. La société dans laquelle il a vécu, l'état qu'il a gouverné avaient des objections envers une femme qui avait vécu avec Ravana et le peuple a commencé à parler. Alors, en tant que bon roi, il a simplement, en tant que bon roi, il a tout simplement décidé que sa femme devait être abandonnée pour toujours. Et puis il l'a envoyée sur un beau char, aux côté de son premier ministre et son frère, Lakshmana, qui l'a emmenée, l'a laissée, lui a dit: "Voilà ce qui s'est passé et Shri Rama nous a demandé de vous emmener à l'ashram de Valmiki ".
À la suite de cela, elle s'est mise en colère et elle a dit qu’elle était l’Adi Shakti, donc qu’elle n'allait pas se faire du tracas. Elle a dit: "Laisse-moi juste ici". C’était une personne avec une grande estime d’elle-même. Elle n'a pas dit: "Non, non, non, je viendrai le voir ou je le poursuivrai en justice, j’irai dans les tribunaux, je prendrai tout son argent. Comment ose-t-il me rejeter!" Elle n’a rien dit de la sorte. C'est la grâce d'une femme.
Avec grâce elle a dit: "Très bien, maintenant tu as écouté ton frère. Je suis ta belle-sœur, ton aînée aussi, alors tu vas m’obéir. Et je te le dis, en tant que belle-sœur, que tu peux partir maintenant. Laisse-moi ici toute seule et je ne veux pas que tu ailles plus avant avec moi pour m’expulser avec quelqu'un ". Et elle était enceinte.
Ici, si cela se produit- bien sûr, des choses horribles peuvent arriver- mais en Inde, si une telle chose arrive, la femme se tue, ou bien, elle ne pourra pas le supporter. Je pense que les deux choses sont exactement les mêmes, ce sont des échappatoires. S'il n'y a pas d'agression, il y a une récession.
Mais elle a dit: "Non. Je dois donner naissance à ces deux enfants. Je peux très bien m'occuper de moi-même, avec grâce, il l'a fait, je n'ai rien et s’il te plait, dis-lui de ne pas s’inquiéter pour moi". Et elle a rajouté à Shri Lakshmana: "Très bien, tu vas t’occuper de lui, c'est tout ce que je veux". Et elle a dit au ministre en chef, le "mantri": "Vous devez vous occuper du royaume".
Voyez la dignité, voyez l'équilibre, voyez le personnage, la personnalité de Shri Rama. On l’a appelé Mariada Purushottama. Et voyez sa femme! Elle était son égale dans tous les domaines. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Rama puja, lors du dixième jour du Navaratri, Les Avants, Suisse, 04/10/1987
Aujourd'hui c'est le jour anniversaire du mariage de Shri Mataji avec Sir C.P.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire